Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/271

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lez provoquer un homme qui supportera vos insultes sans les relever, et vous fera honte par sa résignation, de votre violence ! Entre vous et moi, toute lutte est impossible, toute colère insensée ! Vous me frapperiez au visage que je resterais calme et impassible !… Pourtant, jour de Dieu, ajouta Legoff, dont les yeux s’illuminèrent d’un sinistre éclat, la douceur ne forme pas le fond de mon caractère ! Malheur aux insensés qui osent affronter ma colère ! Mon bras est prompt comme la pensée, irrésistible comme le destin ! Quand je frappe, il se fait toujours un cadavre !…