Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/270

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous, vous a valu de ma part des paroles dures à entendre et à supporter quand on est gentilhomme ! Si la façon dont je vous ai traité à Penmark ne s’est pas effacée de votre souvenir, et que vous désiriez m’en demander raison, soyez persuadé suis…

— Prenez garde, mon cher Louis, interrompit le boucanier d’une voix pleine de mélancolie et de tendresse, prenez garde ! Voilà que, conseillé par votre amour-propre blessé, vous al-