Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/254

Cette page a été validée par deux contributeurs.


palais, Legoff se dirigeait tranquillement vers son carrosse resté en dehors de la grille, lorsqu’une exclamation de surprise, poussée à ses côtés, l’arracha à ses pensées et lui fit relever la tête.

Il se trouva face à face avec le chevalier de Morvan.

— Vous ici, mon gentilhomme ! dit Legoff avec douceur et en reprenant son air habituel de bonhommie. Parbleu, il paraît que nous sommes destinés à nous rencontrer toujours !…