Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.


se prononcer sur les exigences du boucanier.

— Avec la plus vive reconnaissance, sire ! La pensée qu’ils recevraient les secours de la religion à leurs derniers moments, redoublerait le courage de mes flibustiers. Jamais nous n’engageons de combat sans implorer auparavant l’aide du Dieu tout-puissant des armées !…

Cette réponse de Legoff était d’une scrupuleuse exactitude ; elle décida peut-être, dans l’esprit de madame de Maintenon, et, par conséquent, dans celui de