Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/240

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Majesté me pardonne une hardiesse, qui m’est inspirée par l’amour ardent que je porte à mon pays…

— Me proposer votre appui, monsieur de Montbars ! interrompit Louis XIV avec ironie.

— Oui, sire, mon appui, répéta le boucanier d’une voix assurée. Votre Majesté est trop au-dessus de l’humanité pour ne pas avoir une foi aveugle dans la puissance sans bornes de Dieu ! Elle a depuis peu subi trop de revers pour pouvoir mettre en doute l’action directe