Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’Espagne serait un malheur immense pour la gloire et la prospérité de mon pays ! La maison d’Autriche ne peut que nous être fatale !

Le roi, voyant l’importance et la tournure qu’allait prendre cette discussion à laquelle il n’était pas préparé, ne répondit pas.

Il s’avança vers Nativa, lui adressa avec cette grâce si pleine de respect, dont il usait toujours envers les femmes, quelques mots aimables et touchés au