Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/166

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mena un instant en silence, puis se rapprocha insensiblement du fauteuil de la marquise :

— Quelle est donc cette vente de vos écuries, dont vous parlez, madame ? lui dit-il assez sèchement.

— Sire, répondit la marquise avec une humilité et une douceur feintes, je suis aux regrets que cet aveu me soit échappé.

— Vous n’ignorez cependant pas, madame, combien je tiens à la confiance