Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/160

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le roi, l’air pensif et le front soucieux, parcourait d’un pas lent et inégal le vaste et somptueux appartement.

De temps à autre, il s’arrêtait au milieu de sa promenade et dictait à la marquise, assise devant une table encombrée de papiers, quelques phrases d’une lettre dont la rédaction paraissait absorber à un haut point son intention.

La marquise, quoiqu’elle eût l’ouïe excellente et que Louis XIV accentuât avec une rare précision ses paroles, la