Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.
138
montbars

— Il n’y a pas de comte, ici, interrompit d’Aubigné. Il y a un frère et une sœur, Françoise et Agrippa !… Tudieu ! faut-il donc que j’aborde le haut langage !… que je sacre et que je jure ?

Madame de Maintenon avait appris par une triste expérience qu’une fois son frère en colère, le plus prudent était de ne pas le contredire.

— Parlez, lui dit-elle avec un résignation pleine de larmes.

— Françoise, poursuivit d’Aubigné,