Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.
126
montbars

étonnement sincère. Moi, j’ai fait vendre hier mes écuries…

— Vous avez fait vendre hier vos écuries, répéta d’Aubigné. Et pourquoi cela, chère sœur, je vous prie ?

— Pour donner l’exempte du dévoûment et venir en aide, dans la mesure de mes forces, aux finances épuisées et aux coffres vides de l’État !…

— Quoi ! l’État en est réduit à une telle extrémité, s’écria d’Aubigné avec un ton de douloureux reproche, et vous