Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.


time… Que diable, quand on a affaire à une vipère, il faut être fou pour offrir son talon à sa morsure… le venin monte si vite du talon au cœur !… Du moment que l’on ne peut écraser la tête de l’animal malfaisant, il n’y a qu’un parti à prendre ; se garer… Croyez-moi, chevalier, garez-vous !

De Nocé parlait encore, lorsque le carrosse s’arrêta devant la porte de l’hôtel du Cheval-Blanc.

De Morvan et de Nocé se baisèrent,