Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/108

Cette page a été validée par deux contributeurs.


reté, m’a été fort agréable !… J’aime beaucoup voir la noblesse tenir sa place. Nous sommes parfois, nous autres courtisans, d’un déplorable laisser-aller. Dès qu’il ne s’agit plus d’une question de préséance, que nous ne sommes pas jaloux d’un égal à qui le roi donne à tenir de préférence le bougeoir, nous faisons un bon marché inouï de nos qualités et de notre personne ! Nous laissons entrer de plain pied le premier cuistre parvenu dans notre intimité !… Ce misérable abbé Dubois est une puissance ; on compte aujourd’hui avec lui ! Croyez-moi, si vous pouvez vous absenter quelque temps de Paris, n’hésitez pas à partir !