Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/107

Cette page a été validée par deux contributeurs.


De Nocé lui adressa cette offre avec une telle amabilité, que de Morvan ne crut pouvoir la refuser.

— Chevalier, reprit le jeune comte lorsqu’ils se trouvèrent assis l’un près de l’autre en voiture, quand je suis embarrassé pour entamer un sujet de conversation, savez-vous ce que je fais ? J’entre franchement et brusquement dans le cœur de la question !… Vous m’avez plu singulièrement dans votre duel de tantôt, et votre indignation de ce soir, quoiqu’elle fût une critique de ma conduite, et quelle tombât d’aplomb sur ma légè-