Page:Dumanoir - Belphégor, vaudeville fantastique, 1851.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FIAMETTA, qui a pris un bougeoir dans le pavillon, s’approchant à son tour.

Bonsoir, monsieur Belphégor…
Pépito m’appelle, je gage :
Dame ! écoutez, notre ménage
Ne compte que huit jours encor…
Bonsoir, monsieur Belphégor.


BELPHÉGOR, impatienté.

Bonsoir, monsieur Belphégor !…

(Au public.)

Aux frais de l’État je voyage,
Ah ! n’abrégez pas mon passage ;
Comme eux, en me disant encor :
Bonsoir, monsieur Belphégor !


BRANCADOR et FIAMETTA, près de sortir.

Bonsoir, monsieur Belphégor.

(Brancador est sur les marches de la villa, Fiametta sur celles du pavillon. Belphégor rentre dans sa touffe de dahlias en poussant un éclat de rire. Le rideau tombe.)


FIN.