Page:Dumanoir - Belphégor, vaudeville fantastique, 1851.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BRANCADOR et FIAMETTA.

Ah grand Dieu !


BELPHÉGOR.

Vous voyez qu’il y en a encore… mais ne craignez rien !… je ne suis qu’un tout petit diable… pas bien méchant… pas du tout dangereux !… et qui est venu sur terre tout bêtement en mission scientifique !…


BRANCADOR et FIAMETTA.

Ah bah !


BELPHÉGOR.

Si l’Académie des sciences morales vous avait adressé cette question : sont-ce les maris qui font damner leurs femmes, ou les femmes qui font damner leurs maris ?… qu’auriez-vous répondu ?


FIAMETTA.

Ce sont les maris !


BRANCADOR.

Ce sont les femmes !… Vous pouvez dire de ma part à l’Académie que je lui donne ma parole d’honneur que ce sont les femmes !


BELPHÉGOR.

Eh bien !… vous avez raison !


FIAMETTA.

Qui ?… moi !


BRANCADOR.

Non pas !… moi !


BELPHÉGOR.

Tous les deux !… Voilà ce qui résulte de l’expérience que je viens de faire sur vous…


BRANCADOR.

Sur nous !


BELPHÉGOR.

Oh ! indirectement… en me logeant dans le corps de Pépito et dans celui d’Honesta.


FIAMETTA.

Dans le corps de Pépito !


BRANCADOR.

Vous vous êtes permis de prendre un logement chez ma femme !… Elle ne m’a jamais parlé de ce locataire !


BELPHÉGOR.

Si fait !… Alberto… les carabiniers…


BRANCADOR.

Eh bien ?


BELPHÉGOR.

C’était le diable.


FIAMETTA., vivement.

Mais, alors, le manche de râteau ?


BELPHÉGOR.

C’était le diable !