Page:Dumanoir - Belphégor, vaudeville fantastique, 1851.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle.) Attends, attends, je vais te retirer… (La musique cesse.)


HONESTA, avec explosion, en croisant ses mains sur son collier.

Mes diamants !… jamais ! jamais ! (Elle relève la tête, ses yeux brillent. Ce n’est plus la jeune fille douce et timide, c’est une femme vive et ardente.)


BRANCADOR, étonné.

Hein !


HONESTA, très-gaiement.

Oh ! je les garde !… et ce n’est pas assez !… j’en veux encore… aux bras, au corsage, dans les cheveux, partout !… Des diamants !… mais c’est notre vœu, notre rêve, notre ambition, notre bonheur !… Que cherchons-nous dans le mariage ?… le mari ?… fi donc !… les diamants, rien que les diamants !… Et vous voudriez m’enlever mon collier !… Ah ! vous m’arracherez plutôt la vie ! (Elle le regarde d’un air menaçant.)[1]


BRANCADOR, un peu interdit.

Il paraît…. qu’elle y prend goût.


HONESTA.

Mais ce n’est pas tout… il me faut des robes de brocart… des dentelles… des…


BRANCADOR.

Je t’en couvrirai, bel ange… mais, permets… à quoi bon ici, dans cette villa solitaire ?


HONESTA.

Comment ! à quoi bon ?… mais pour briller au bal… car nous donnons un bal ce soir…


BRANCADOR.

Nous donnons un bal ce soir ?


HONESTA.

Et un autre demain… c’est convenu !


BRANCADOR.

Quelle folie !… un bal, à nous deux !… La société sera choisie, mais peu nombreuse.


HONESTA.

Par exemple !… vous inviterez tous les jeunes gens des environs… (Vivement.) N’oubliez pas surtout le 5e régiment de carabiniers, qui est en garnison à Caserte ![2]


BRANCADOR, bondissant.

Elle connaît le 5e carabiniers !… (Avec ménagement.) Tu connais le 5e carabiniers, douce colombe ?


HONESTA.

C’est le régiment qu’on invitait aux fêtes du couvent… un corps superbe.


BRANCADOR.

Ah ! le couvent reçoit ?…


HONESTA.

Tous les ans… à la distribution des prix…

  1. H., Br.
  2. Br., H.