Page:Dujardin - Les Premiers Poètes du vers libre, 1922.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
les premiers poètes du vers libre

publiés par la Vogue) comme d’un livre écrit en vers libres ; on ne sait pas suffisamment que les premiers vers des Palais Nomades sont des vers réguliers ou libérés ; exemple, le beau poème publié dans la Vogue du 26 avril et qui figure en tête des Palais Nomades :

Bon chevalier la route est sombre…

Au fur et à mesure qu’on avance dans la Vogue, et qu’on avance dans les Palais Nomades, les vers libérés sont plus fréquents ; puis, les vers libres apparaissent et deviennent de plus en plus nombreux. Mais il est rigoureusement exact qu’aucun vers libre ne se rencontre dans les deux premières parties du livre (Thèmes et Variations, et Mélopées) et les trois premières pièces de la troisième partie {Intermède), ni, pour ce qui est de la publication dans la Vogue, avant la date du 28 juin-5 juillet ; encore faut-il arrivera la seconde moitié du livre pour trouver de ces pièces entièrement en vers libres qui devaient être la caractéristique de la manière de Gustave Kahn, par exemple la pièce no 3 des Lieds, C’est vers ta chimère, parue dans la Vogue le 22-29 novembre.

La publication des pièces des Palais Nomades se poursuit dans la Vogue, II, no 3, 6, 7 et 8, et III, no I, 3, 6, 8 et 9.

5o. La Vogue, II, no 5, 16-23 août 1886. — L’Hiver