Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
ANTONIA




Scène III



L’aube.

Le Chœur s’avance rapidement.



Le Chœur des Vierges Nocturnes

Sœurs, aux cimes des branches
N’est-ce pas l’aube blanche ?
 
Sœurs, n’est-ce pas la matinale brise
Dont frémissent les bruyères grises ?
 
Écoutez ! le martinet
Crie dans les guérets.

La nuit s’envole ;
C’est l’aurore ; voyez ces pâles banderoles.

Ô fraîcheur qui me glace !
Ô fatigue qui me harasse !