Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
ANTONIA

Quand la poussière des routes et la boue
Salissaient mes genoux

Et que mes pas chancelaient,
Que mes yeux perdus se fermaient,

Ce furent tes regards
Oui ranimèrent mon cœur hagard…

À mon tour, ne puis-je te secourir
Et tarir,
Si tu pleures, la source du mauvais souvenir ?


Elle s’avance, et, comme si elle monologuait, très grave et hallucinée, elle parle.



L’Amante

Je me souviens ;
C’était aux temps les plus anciens,

Aux époques les plus solennelles ;
Car je suis éternelle.

Au travers des historiques villes,
Des continents disparus et des défuntes îles,
J’errais, farouche et juvénile,

Les yeux vers les palmiers,
Tandis que des ramiers
Tombaient du ciel anémiés,