Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
LA LEGENDE D’ANTONIA




Scène II


Arrivent l’Amant et l’Amante. Le Chœur se retire au fond de la scène.



Le Chœur des Vierges Nocturnes

Qu’au loin les cieux en cet instant Se drapent
De pâles et de claires et d’harmonieuses nappes !

Que les faux-bourdons
Longuement vibrent au fond des airs profonds !

Montez, encens mélancoliques,
Fumez, portiques
Des eaux, des bois, des prés, des lacs mystiques !

Éclosez, fleurs ténébreuses,
Fleurs capiteuses,
Fleurs des nuits heureuses !