Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
LA LEGENDE D’ANTONIA

Des fleurs de la nuit
Après les fleurs d’hier et d’aujourd’hui…

La jeune femme est restée immobile et sans regard. Lui, les yeux toujours vers elle, il recule de quelques pas, et, souriant encore à quand même de lointains espoirs, en parlant il s’éloigne à travers la nuit.



Paris

Que l’abeille
Dédaigne une lointaine treille !

La treille où son désir maintenant butine
Demain sera flétrie et orpheline.

L’abeille avide
Alors délaissera les grappes vides.

Demain renaîtra l’or
De l’aurore,

Et le berger reviendra,
L’abeille se réveillera,
Tout recommencera.


Il a disparu.
Le crépuscule maintenant est silencieux.