Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
LA LEGENDE D’ANTONIA

Et lorsque les marées
Se gonflent dans les mers azurées,
Les vagues éternellement montent vers les jetées.

… Va ! mon cœur
Suivra le chœur
Que mènent ses langueurs.


Muet serrement de mains.

Cependant le Chœur des Bourgeois est entré au fond du théâtre. Les deux jeunes gens se séparent.

Lentement, le Vieillard s’éloigne, et, se retournant :



Le Vieillard

Allez, enfants ! les destinées
À jamais vous tiennent enchaînés.


L’Amant a disparu.

Plusieurs groupes de jeunes filles portant des fleurs arrivent peu à peu et entourent l’Amante ; quelques-unes s’assoient sur le tertre près de la fontaine ; elles se mettent à trier et rassembler les fleurs. Les Bourgeois s’approchent tout en parlant entre eux.



Le Chœur des Bourgeois

Jeunes fous,
Prenez garde à vous !

Vous portez vos yeux
Trop haut vers les cieux.