Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
LA LEGENDE D’ANTONIA

Vous venez de connaître une heure
De tranquille, de pur et suave bonheur ;

Sans avoir dit des mots douloureux,
Vous avez eu les doux badinages gracieux.

Mais si vous avancez,
Si vous suivez au ciel le chemin d’astres de vos désirs inexaucés,

Tremblez d’entrer dans la mer orageuse
Et que le vent des choses fabuleuses
Ne tempête sur vos âmes houleuses.



L’Amant

Nous n’arrêterons pas
Nos pas
Au premier glas ;

Nous aurons les confiances téméraires,
Nous ne ferons pas taire
Les voix qui chantent en nos atmosphères :

Nous prolongerons
Les chansons
De nos divinations ;

Nous laisserons venir
L’avenir
À la beauté de nos désirs ;