Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
ANTONIA


L’Amante

Je n’ai rien quitté,
Mais les temps écoulés
Sont comme s’ils n’avaient pas été.



L’Amant

Je suis celui qui ne sait plus
Rien des temps révolus.



L’Amante

Là-bas est ma ville ;
Tranquille,
J’allais des jours inutiles.



L’Amant

Je courais des courses vaines,
Je traversais des cités incertaines.



L’Amante

Ici, mais aussi loin
Qu’aux pays les plus lointains,
J’attendais depuis le matin.



L’Amant

Vous rêviez de voir advenir
À l’horizon la voile de quelque navire.