Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/288

Cette page a été validée par deux contributeurs.
270
LA LÉGENDE D’ANTONIA


Gaspard

Femme, à la reine que tu étais
J’offre l’or aux suprêmes reflets…



Balthazar

J’offre, ô femme, à la mère que tu deviens
La myrrhe, ainsi qu’aux temps anciens.