Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
253
LA FIN D’ANTONIA

Là-bas,
Dans le néant,
Dans l’océan
Du vide et du silence,
Dans l’inconscience…
Vous ne saviez pas,
Pauvres cœurs, ce que je souffris ici-bas,
Et que j’étais damnée,
Et que c’est fini, ma destinée.


2e Bûcheron

Oh ! ne dis point
De tels mots… n’aie point
Ces pupilles hagardes…
Sais-tu ce que le sort encor te garde ?


La Mendiante

Non ! non !
C’en est fait des espoirs inféconds !
J’ai traversé les plus sombres époques,
Et malgré que je le veux fuir, mon souvenir t’évoque,
Ô suite des passés qui sans cesse en moi s’entrechoquent.
Pourquoi voudriez-vous que je revive ?
Ma vie s’en est allée à la dérive.
N’est-il donc pas temps de toucher le port ?
N’est-il pas temps d’atterrir en la mort ?
Amis,
Tout m’a trahie.