Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
245
LA FIN D’ANTONIA

Un cri d’horreur surnaturelle.
Et aussitôt
Nous avons quitté la cabane et les troupeaux
Et tous soucis,
Et nous sommes partis…


Gaspard

Pour fuir l’angoisse de la nuit,
Pour fuir l’influence de la magie,
Pour échapper à l’ombre qui nous enserrait,
À l’horreur où nos esprits s’engloutissaient,
Pour trouver la lumière,
Les cimes claires,
Les pures clairières…


Balthazar

Vers l’étoile du réveil,
Vers le soleil,
Vers la blancheur des deux,
Vers le matin joyeux,
Vers ce phare et ce guide,
Vers le renouveau limpide,
Oh ! tous trois
Nous marchions à travers les bois,
Au long des pentes,
Dans les sentes
Où croissait le divin retour
Du jour.