Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
244
LA LÉGENDE D’ANTONIA


Gaspard

Jamais nuit lumineuse
Ne fut aussi secrètement silencieuse.


Balthazar

Dans l’atmosphère importune
Nous regardions monter la blême image de la lune.


Melchior

C’était une lune de maléfices,
Une lune aux sortilèges propice.


Gaspard

Et quel silence taciturne !
Quelle immobilité dans l’air nocturne !


Balthazar

Oui, des sabbats semblaient
Passer dans l’air muet.


Melchior

Soudain,
À l’heure où se levaient les premières flammes du matin.
Dans la montagne nous avons entendu
Un cri éperdu,
Oh ! un cri terrible, un cri mortel,