Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
LA LÉGENDE D’ANTONIA

2e Groupe

Âme sœur,
Mon cœur
Eût été ton serviteur ;

Mais tu fuis,
Et j’en suis
Pour mes ennuis.

Âmes ensemble appareillées,
Vous naufragez ;

Âmes aux envols fous,
On nous voue
Aux loups.



Un Vieillard

Âmes tard advenues,
Qui n’avez point connu
Celles pour qui vous étiez élues,

O vous qui tour à tour et selon l’heure
Avancez dans le rire et la douleur,

Vous qui savez combien fuyants dans l’espace
Les rêves passent
Et sont loin et sans recours et sans trace,