Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
221
LA FIN D’ANTONIA


2e Groupe

Passants qui de l’humanité s’exilent,
C’est ici la montagne d’asile.

Pâles yeux du soleil transfuges,
Ici c’est la nuit du refuge.

Pensées à jamais inquiètes,
Voici les purs sommets de la retraite.

Voyageurs de la vie et de la terre,
Ici s’ouvre le ciel et la magie du mystère.


1er Groupe

C’est à nous
Que les ermites se vouent.

C’est parmi nous
Que toutes croyances échouent.

C’est en nous
Que les sortilèges se dénouent.

C’est nous
Que les ascètes adorent à genoux.


2e Groupe

Ils entrent en l’asile,
Ceux qui de l’humanité s’exilent.