Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
216
LA LÉGENDE D’ANTONIA


Elle

Oublions les vains désirs.



Lui

Le jour semble à jamais finir.


Elle

Et dans le commun renoncement, tous deux.
Avec le jour qui meurt, à jamais disons-nous adieu.

Peu à peu subjugué, il s’est comme incliné à sa pensée et en semble ils contemplent la nuit qui grandit. Mais, tout à coup voici qu’il se reprend…



Lui

Adieu…
Se dire adieu…
À jamais se dire adieu…
Dire à la vie vivante adieu…
Dire à l’être, dire au jour, dire adieu…
Femme, le jour ne meurt pas !
Le soleil du jour disparaît, mais il ne meurt pas !
Femme, le jour reviendra,
Le soleil renaîtra,
L’être ressuscitera,
Tout recommencera.
Sortilège !