Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
215
LA FIN D’ANTONIA


Elle

Vois l’ombre et le néant qui gagnent.



Lui

Tout s’efface dans la montagne.

Oh ! ton esprit
M’enthousiasme et me persuade et me ravit.


Elle

Je suis celle
En qui s’est tue la vie mortelle.



Lui

Je sens un charme bizarre
À suivre ta songerie en tes regards.


Elle

Mes yeux se sont ouverts
À la clarté d’un plus réel univers.
Renonçons le monde vain.



Lui

La lumière du jour partout s’éteint.