Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/232

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
214
LA LÉGENDE D’ANTONIA

J’ai vu les beaux matins dorés,
J’ai vu les merveilleux midis extasiés ;
Crois-moi, l’unique réalisation
C’est que par le rêve nous renoncions.
… Oh ! laisser là le monde et dans l’esprit
Vivre le rêve omnipotent, le rêve où tout finit.



Lui

Quoi, renoncer ? goûter à ce breuvage
Des visions délicieuses et volages ?…


Elle

Oui, connaître
Que de toutes réalités impossibles on est le maître.



Lui

Quoi, renoncer ? répudier le cours
Que font dans nos êtres les suites des jours ?…


Elle

Avoir au fond de soi
L’essence des plus véridiques joies.

Vois le soir qui descend.



Lui

La lumière décroît longuement.