Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Vers le hameau
Ensemble nous irons…
Qu’il sera doux, qu’il sera bon
D’ouvrir ses bras au soir profond !



2e Bûcheron

Le cœur des hêtres est dur sous la cognée,
Et nos mains sont vieilles et fatiguées ;
La forêt est presque sans limites,
Et la clairière que nous avons défrichée est petite.



1er Bûcheron

Nous serons là demain à l’aurore ;
Mais voici qu’une fois encore
Le soir va descendre
Et nous pouvons demeurer et attendre.

Strophe :


Nous sommes les vieux paysans ;
Nous eûmes de pauvres parents,
C’étaient aussi des paysans.
Rendant que le jour nous éclaire,
Nous travaillons sur la terre,
Et la nuit
Nous nous en allons dans l’oubli.
Ah ! oh !
Ah ! oh !