Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lui

Nuit de ravissement !



Elle

Nuit qui rend l’amante à l’amant !



Lui

Moi-même
Je renais, je revis, je suis moi-même.



Elle

Je n’espérais que toi,
Je ne voulais que toi,
Je n’attendais que toi



Lui

Du fond des chaos mortels,
L’âme éternelle,
C’est elle
Qui subsiste toujours fidèle.



Elle

Dans les angoisses et les soucis
Mon cœur n’avait que ce souci,
Toi seul étais tout mon souci.