Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La voix du Veilleur

Veillez ! la nuit évoque ses arômes,
La nuit évoque ses fantômes.
 
Les images nocturnes se dressent
Çà et là par les ténèbres épaisses.
 
Veillez ! la nuit ressuscite les âmes
Des esprits qui dans l’éternité brament.



Les Floramyes



Rosea

C’est l’heure où les plus anciens cultes
Au fond des cœurs exultent.



Aurea

C’est l’heure où le sommeil
Dans les âmes immortelles s’éveille.



Gemmea

C’est l’heure où se transfigurent
Les visions obscures.



Siderea

C’est l’heure où tout ce qui gisait
Renaît.