Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mes yeux fardés n’ont connu de révoltes d’aucune sorte ;
soir, et je suis là qui me lamente
Et presque pleure et languis, comme une amante
Quand ne vient plus
L’élu.
Soir, à tes incantations je me livre ;
Sous ton voile que de l’humanité je me délivre,
Et qu’un peu de véridique paix
Descende sur mon âme que harcèlent les plus vains regrets,



Les Floramyes



Rosea

L’heure du mystère
S’inaugure au ciel et sur la terre.



Aurea

L’heure du rêve
Dans l’espace se lève.


Gemmea

L’heure des renouvellements
Parmi les mondes va surgissant.



Siderea

L’heure de la conscience
S’éveille au milieu du silence,