Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Siderea s’avance.

Siderea

Oui, je viens et j’apporte à tes prunelles,
maîtresse, l’éclat qui d’une flamme immortelle
Eclairera ta beauté surnaturelle.



Aurea

Ô fards ! ô fards puissants !
Fards qui faites les lèvres plus rouges que le sang !



Gemmea

Ô fards ! fards souverains !
Fards qui faites les mains
Plus candides que les lys du matin !



Aurea

Fards sublimes !
Par qui les fronts sont plus vastes que les abîmes !



Gemmea

Ô fards d’extase, fards de luxure,
Par qui les yeux ensorcellent les créatures !



La Courtisane

Ainsi, dans mon miroir,
Mon esprit s’agrandit depuis l’aurore jusqu’aux plus nébuleux soirs.