Page:Dujardin - À la gloire d’Antonia.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.


face blanche une exacte auréole de noir mêlé de sombre brun ; oh courts, oh noirs cheveux mêlés de blondes noirceurs, vous étiez le total diadème, d’où, comme du plat sanglant la tête du Précurseur, la blême tête surgissait, mortellement belle, en la confusion des joues et de chairs blanches qui seraient des reflets ; une souriante tour à tour des sourires et immobile des mutismes lents ; et enchâssé de robes, un corps de jeune fille ; le noir d’un corsage gonflé et d’une mince taille, et deux bras longs s’effilant en minces mains ; et les très larges hanches d’où les flots noirs des robes tombaient, fluctueusement, les flots des vastes robes, emmêlés, très vastes, en flots pressés, mêlés, grands flots flottants et noirs qui roulaient immensément ; dans les robes une existence vague de corps, une puissance, quelque chose inconcevable ; la rondeur des seins gonflés sous le corsage et des bras effilés et de la taille mince, et sans teinte en leur forme ; un corps ; une existence virginale ; entre la ligne blanche du cou et la ligne noire de la ceinture, le net dessin de sa poitrine, oh fille ; entre la ceinture et la pointe transparaissante des pieds, l’existence inéclairable sous le flot des robes, de ses inconnaissables formes ; corsage fin, tu es à fin que tu prédises les douceurs des virginités, et toi, robe virginale, éternellement tu dérobes en tes plis longs les pudeurs ; et un pâle visage, des yeux clairs, le cercle court des chevelures ; une quelque mystérieuse ; une existence dérobée, virginale, en les plis de robes sombres, et dessinée en des formes, translucide de lunaires lueurs ; une âme mélangée de rêve et de sourire, très bonne et très simple et très rare d’une préciosité dernière, répugnant les banales expansions, dédaigneuse, et lucide non des mille communes étoiles du ciel, unique lune solitaire, une âme qui ne veut point indifféremment ; et non point bonne comme le million d’anges, non point belle comme la myriade d’astres, non point douce comme les infinités des roses, non point ange, non point astre, non point rose, mais exotique floraison de subtils marécages aux haleines subtiles, exotique floraison solitairement poussée, pousse languide, en une ingrate terre, et blême lune du ciel nu, belle comme l’unique face blanche du ciel nu, et telle, unique face sans rayons et sans diamants, telle, oh solitaire, et non point ange, mais bonne, et non point rose, et non point astre, oh vous plus royalement belle qu’aucune songée jamais. — Fleur du nom originel, oh fleur du minime nom originée, je vous songeai, oh féminin, d’un vivant songe.