Page:Dugas - Un voyageur des pays d’en-haut, 1890.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
UN VOYAGEUR

dix-huit membres, presque tous choisis parmi les lords anglais.[1]

Elle obtint du roi une charte qui lui conférait le droit exclusif de la traite des fourrures sur toutes les terres dont les eaux se jettent dans la baie d’Hudson. Immédiatement après l’octroi de cette charte, la compagnie fit bâtir des forts sur le littoral de la baie, et, dès l’année 1686, elle en avait déjà cinq où les sauvages du Nord et de l’Ouest venaient apporter leurs pelleteries. À cette époque, elle fut troublée dans la possession de ses forts par une compagnie canadienne qui s’était formée à Québec, en l’année 1681, sous

  1. Voici les noms des personnes auxquelles la charte de la compagnie fut accordée :
    1° Le prince Rupert, comte palatin du Rhin ; 2° Christopher, duc d’Albermale ; 3° William, comte de Branen ; 4° Henri, lord Arlington ; 5° Anthony, lord Ashley ; 6° Sir John Robertson, et 7° Sir Robert Oyner, chevaliers et baronnets ; 8° Sir Peter Colleton, baronnet ; 9° Sir Edward Hungerford ; 10° Sir Paul Neele ; 11° Sir John Griffith ; 12° Sir Philip Carteret ; 13° James Hays ; 14° John Kirk ; 15° Francis Millington ; 16° Prettyman ; 17° John Fenn ; 18° John Portman, orfèvre de Londres.