Page:Dugas - Un voyageur des pays d’en-haut, 1890.djvu/141

Cette page a été validée par deux contributeurs.
139
DES PAYS D’EN HAUT

neau revint à Saint-Boniface, d’où il était parti depuis vingt-deux ans.

Trois ans après il eut le malheur de perdre la vue ; mais on peut dire que ce fut presque un bonheur pour ses vieux jours.

Sa Grandeur Mgr Taché, le consolateur de de toutes les misères, le reçut à l’archevêché, comme une épave d’un autre siècle.

Privé de la lumière du jour, il eut plus de facilité pour se recueillir et repasser dans sa mémoire les années de sa jeunesse.

Ce fut par la prière et le recueillement qu’il se prépara à comparaître devant le terrible tribunal du Très-Haut. Muni de tous les secours de la sainte Église, il mourut paisiblement en 1883, à l’âge avancé de 88 ans.


FIN.