Page:Dugas - Un voyageur des pays d’en-haut, 1890.djvu/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.
122
UN VOYAGEUR

Il fit donc ses adieux à l’Île-à-la-Crosse, et partit pour le fort Garry, dans l’intention de s’adonner à l’agriculture.

Il se choisit un lopin de terre auprès de la mission, à peu près à l’endroit où passe aujourd’hui la rue Masson, dans la ville de Saint-Boniface, et commença à cultiver.

Accoutumé comme il l’était depuis longtemps à courir les déserts, on peut facilement croire que sa ferme ne devint pas du premier coup une ferme modèle.

De plus Charbonneau n’avait pas d’aptitude pour cet état. En 1832 il se mit au service de Mgr Provencher, qui sut utiliser ses talents comme maçon.

Cette année-là, on commença à Saint-Boniface les travaux de la première cathédrale en pierre. Jean-Baptiste Charbonneau fut un des premiers maçons employés à la construction de cette église. La main-d’œuvre était rare et il laissait souvent la truelle pour aider Mgr Provencher à monter la pierre sur les écha-