Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/434

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je vous assure, mes enfants, que rien qu’à considérer leurs figures terribles, personne n’avait eu envie de rire en les voyant arriver quelques instants avant l’ouverture du feu.

— Bien, mes braves ! avait dit le maréchal ; je vous accepte.

Ils avaient été affectés comme servants à une pièce de 12 qu’on avait mise en batterie en avant de la barrière, derrière une barricade hâtivement construite, près d’une guinguette à l’enseigne « Au père La Thuile » qui existe encore aujourd’hui et a été transformée en un beau restaurant, à l’entrée de l’avenue de Clichy.

— Bornebleu ! dit alors Belle-Rose, ça me fait du bien de sentir la poudre !… Prenons-en une bonne prise, mon vieux La Ramée !

— J’obtempère, dont auquel !… avait répondu le vieux brave.

Et tous deux s’étaient mis à la besogne.

Belle-Rose, de son seul bras valide, maniait le levier de pointage de la lourde pièce et La Ramée l’écouvillon.

— Dont auquel que si l’écouvillon casse, j’ai ma jambe de bois pour le remplacer ! dit ce dernier en riant.

Le combat les avait transfigurés.

La Ramée riait en découvrant ses vieilles dents, et il n’aurait pas cédé sa place pour un empire.

Mais, tout à coup, une bombe ennemie était tombée sur le caisson d’approvisionnement et l’avait fait sauter.

Quand la fumée se dissipa, les deux vieux étaient étendus, pantelants.

La Ramée avait été tué raide : il avait eu la tête emportée.

Belle-Rose avait reçu un éclat de bombe dans le ventre.

Il eut encore la force de murmurer :

— Mille millions de bornebleu !… Ah ! les brigands !… Vive l’Em…

Il ne put achever.

Sa tête balafrée retomba sur l’affût du canon… Il était mort !

Jacques Bailly — qui, lui aussi, combattait dans la garde nationale — avait ramené rue de la Huchette les corps des deux braves soldats.

On les avait enterrés le lendemain dans un coin du jardin des Invalides, près du banc où ils s’asseyaient et où ils faisaient sauter sur leurs genoux Henri et Jean Cardignac. Ils avaient été ensevelis dans leurs vieux uniformes noircis de poudre, et rien n’avait été plus touchant que les honneurs rendus