Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Eh bien, j’en ai trente-quatre ; et si j’ai vieilli, c’est qu’on grisonne vite dans les prisons de l’ennemi. J’en arrive ; conduis-moi à mon successeur, Coignet, et donne-moi ta main.

Le capitaine n’en revenait pas.

— Ah ! fit-il, que l’Empereur serait content, s’il n’était pas si tard !


Vous lirez certainement un jour, mes enfants, les mémoires authentiques qui portent le titre bien connu de :

Cahiers du capitaine Coignet.

Qu’il me suffise de vous dire qu’il en est peu d’aussi attachants. Au milieu de nombreux mémoires issus de l’époque impériale, ceux-là occupent une place tout à fait à part, non seulement à cause des traits curieux et des détails dont ils abondent, mais encore en raison de cette particularité surprenante que Coignet n’apprit à lire qu’à trente-cinq ans et ne songea à écrire le récit de sa vie qu’à soixante-douze ans, c’est-à-dire en 1848.


Quelques instants après cet entretien, notre ami était introduit chez son successeur, le colonel Meunier ; et je vous laisse à deviner la surprise de ce dernier quand Jean Cardignac lui eut prouvé son identité.

— Mon cher camarade, dit Jean, je ne vous demande pas de me rendre mon régiment. Je sais que l’Empereur vous l’a donné et que je suis rayé des contrôles : mais je ne puis m’adresser qu’à vous pour me procurer un uniforme de mon grade afin d’être en état de me présenter à l’Empereur.

— C’est facile, cher camarade, j’en ai ici un deuxième et il est à votre disposition. Mais vous arrivez à un bien triste moment.

— Quelle est exactement la situation ? l’Empereur a-t-il vraiment abdiqué, comme je l’ai entendu dire tout à l’heure ?

— Hélas ! oui. Le couteau sur la gorge ; sans la défection du maréchal Marmont, les Alliés eussent accepté son fils comme empereur et l’impératrice comme régente. Mais quand ils l’ont vu abandonné par ses principaux maréchaux, ils ont exigé l’abdication sans conditions.

— Et que va-t-il devenir ? demanda Jean le cœur serré.

— On lui a donné en toute souveraineté l’Île d’Elbe où il va se retirer.

— L’Île d’Elbe ? où est-ce cela ?