Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/364

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En effet, Jolibois, colonel du 9e de ligne, entrait à son tour.

Vous pensez si l’on fut content !

— Eh bien, Catherine ! dit alors l’ancien sergent de la 9e demi-brigade, je crois que tout le monde fait son chemin !

— Certes, mon ami !

— Ah ! dame oui ! C’est vraiment superlatif ! Tous mes conscrits vont devenir maréchaux ! repartit Belle-Rose avec un gros rire. Mais il n’y a pas longtemps que tu es nommé, Jolibois ? Dans ta dernière lettre que tu as écrite de Dantzig, tu n’étais pas encore colonel superlativement comme aujourd’hui.

— Non. J’ai été nommé d’hier, par décret impérial, en arrivant à Saint-Denis où nous avons couché… Alors je suis venu serrer la main à tout le monde, et à toi surtout, capitaine Cardignac, car, si je suis colonel, je te le dois un peu ! Je n’oublie pas que, sans toi, je dormirais près du Rhin, avec Bernadieu !

— Et puis, j’ai voulu aussi venir vous voir, la compagnie ! interrompit le caporal Grimbalet, que moi, bien que je m’ai battu partout comme un lion, que je suis toujours caporal ! c’est pas de chance !

— Ça viendra, mon garçon, dit Jacques Bailly.

— Oh ! que ça me serait encore égal !… Si que le capitaine, il voudrait me faire entrer dans la Garde. Je rendrais bien mes galons… J’aimerais mieux ça.

— Facile, mon garçon ?

— Et vous me prendrez comme ordonnance ?

— Tiens ! ça tombe à pic ! Mon troupier est à l’hôpital pour une fluxion de poitrine… C’est entendu. Seulement, il faut monter à cheval.

— J’apprendrai.

— C’est bon ! Je vais m’occuper de cela demain matin…

— Et le 9e rentre à Paris ? interrogea Jacques Bailly.

— Non pas ! Nous ne faisons que le traverser. Nous allons à Bayonne.

— Ah ! bon ! vous faites partie de l’armée d’Espagne ? dit Tapin.

— Comme tu dis.

— Mauvaise affaire ! prononça gravement Jacques Bailly.

— Ah ! par exemple ! qu’est-ce que vous dites là, mon père ! s’écria Jean Tapin étonné.