Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Il était très mignon dans sa tenue.
interrompit Belle-Rose subitement intéresse. Alors, puisque tu prétends présomptueusement que tu sais battre, nous allons voir ça… Arrive !

Jean sortit derrière son nouveau chef, pendant que la cantinière, qui n’avait rien dit, le suivait d’un regard souriant.

Un instant plus tard, dans un local de la caserne, Belle-Rose avait placé un tabouret, les pieds en l’air, puis par-dessus, un tambour ; et remettant aux mains de Jean Cardignac deux baguettes d’ébène :