Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/303

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’hui « l’esprit de corps » ; force considérable entre les mains de qui sait l’utiliser.

Bonaparte aimait à surexciter ce sentiment, à l’aide duquel il obtint des merveilles !

Au demeurant, pour toute l’armée et même pour la population civile, il était l’objet d’un enthousiasme sans exemple dans l’histoire.

Chacun l’aurait suivi au bout du monde ; chacun, sur un signe de lui, se serait fait tuer sans broncher.

Vers la fin d’avril 1803, des bruits de guerre commencèrent à circuler dans Paris.

L’Angleterre, disait-on, se refusait à exécuter les clauses du traité d’Amiens. Avec sa duplicité habituelle elle procédait, vis-à-vis de Malte, comme elle procède aujourd’hui à l’égard de l’Égypte, trouvant des raisons dilatoires pour ne pas l’évacuer, malgré des engagements formels, si bien que, à une réception diplomatique solennelle, Bonaparte avait adressé à ce sujet, à l’ambassadeur d’Angleterre, des paroles très acerbes, presque violentes.

— Ça va se gâter ! disait-on.

Et les officiers, il faut le dire, ne cachaient pas leur joie.

— Le four chauffe ! dit un jour le commandant Merle à ses officiers. Le Premier Consul a « saboulé » l’ambassadeur. Nous allons avoir du nouveau.

— Tant mieux ! mon commandant, s’écria le capitaine Berteuil qui commandait la compagnie de Jean Tapin. Aussi bien, on s’amollit à Courbevoie. Je crois que les grenadiers ne seraient pas fâchés de dérouiller leurs baïonnettes.

— Ça va venir !… Tranquillisez-vous… Ce n’est pas pour rien que, paraît-il, le premier Consul a déjà dirigé des troupes sur Boulogne, avec de nombreux détachements du génie.

— Et que croyez-vous qu’il veuille faire à Boulogne, mon commandant ?

— Eh ! dame !… je n’en sais rien… C’est évidemment l’Angleterre qu’il vise ; car on m’a dit aussi qu’il faisait construire une flottille considérable… Mais au fond, ça ne nous regarde pas, n’est-ce pas ?… Qu’il nous emmène, c’est tout ce que nous demandons.

Or, le 17 mai 1803, comme Jean et Lisette étaient en train de dîner. Jacques Bailly arriva en cabriolet, accompagné de Catherine. À peine entré, il s’écria :