Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.


bois, et on habillait comme on le pouvait les nombreux enrôlés qui arrivaient à toute minute.

La France appelait à son secours tous ses enfants ; elle leur donnait ce qu’elle pouvait, mais, en tous cas, elle les armait ; leur dévouement devait faire le reste. Et, ma foi ! si le pain leur manqua quelquefois, la constance et le courage ne leur firent jamais défaut.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

« Nous voici arrivés, mon garçon ! » dit le sergent.

Ils montèrent un petit perron de trois marches et entrèrent dans une salle haute et vaste, dont les murs, blanchis à la chaux, étaient constellés d’inscriptions patriotiques écrites, soit au charbon, soit au crayon, par des mains inhabiles, soit même avec la pointe de couteaux. Trois longues tables massives la garnissaient, sur lesquelles plusieurs soldats, tous des vieux, étaient attablés et causaient bruyamment autour de pots d’étain, tout en fumant des pipes. Dans un coin, une planche posée sur des tréteaux soutenait une futaille ; sur des rayons cloués au mur, des verres, quelques bouteilles. C’était la cantine. Près de la fenêtre, une femme reprisait une petite jupe appartenant, sans doute, à la fillette toute blonde, toute mignonne, qui lisait à ses côtés dans un grand almanach de l’époque, et qui, la mine éveillée, interrompit immédiatement sa lecture pour considérer curieusement le petit garçon qui venait d’entrer avec le sergent.

« Citoyenne, dit ce dernier, je t’amène un conscrit pour ton père.

— Bonjour, Jolibois », dit la cantinière en entendant la voix du sergent. Quittant son ouvrage, elle se leva, étonnée, et considéra en souriant Jean Cardignac qui, très poliment, avait ôté son chapeau et, silencieux, regardait la femme et la petite fille.

— Un conscrit ? reprit au bout de quelques instants la cantinière ; et elle ajouta, d’une voix très douce :

— Pauvre petit !

— C’est pourtant comme ça, citoyenne Catherine ! Voici un mot du colonel Bernadieu pour ton père.

— C’est qu’il n’est pas là.

— Le gamin va l’attendre… Moi, je me sauve… J’ai à commander les corvées… Au revoir, citoyenne ! »

Et Jolibois sortit.