Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étions cinq ou six de l’Orient : nous sommes arrivés encore à temps pour le branle-bas. Ah ! mon petit Jean, quelle bataille !… Les boulets arrivaient par bordées, les mâts s’abattaient, la coque tremblait, on ne s’entendait plus à deux pas. Voilà que, à neuf heures du soir, je vois une flamme qui sort d’une écoutille, près de la soute aux poudres… Je cours au commandant Casablanca. Il avait vu le danger avant moi, et il était en train d’attacher son enfant, un pauvre bambin de dix ans, après un morceau du mât de hune pour le sauver. Il me dit : « Je vois bien… Continuez le feu… l’amiral est mort, nous allons sauter ensemble. » Et il prit le grand pavillon dans la main droite ! C’était un homme !

— Le petit garçon a été sauvé ? demanda Jean, tout haletant pendant ce récit.

— Non ; le pauvre petit n’a pas surnagé… Moi, j’attendais le coup… C’est un drôle de moment, va, petit Jean, de sentir qu’on va partir pour les étoiles avec un volcan sous les pieds.

— Je connais ça, dit Jean.

Le quartier-maître ne s’arrêta pas à cette réponse, ne sachant pas combien elle était vraie, et continua :

— Tout d’un coup, je vois le contre-amiral Gantheaume, le chef d’état-major, qui crie : « Sautez tous à l’eau ! » Et les camarades sautent de partout ; des hublots, des batteries, on aurait dit des rats… le feu sortait de toutes les ouvertures. Il était temps : je n’avais pas fait cinquante brasses quand l’explosion a eu lieu… Ah ! mon petit Jean, tu ne peux pas te douter de l’effet que ça fait.

— Mais si, mais si, dit Jean.

— J’ai été soulevé hors de l’eau, jeté à quinze pieds en l’air, et heureusement que c’est dans l’eau que je suis retombé… Seulement, il y avait, à deux longueurs d’aviron, un canot anglais ; je n’ai pas eu le temps de me couler entre deux eaux ; ils m’ont amarré. J’étais abruti… et voilà, oui, deux cent quatre-vingt-quatorze jours, mon pauvre petit, que je trime avec ces gueux-là… Et toi ? comment diable as-tu pu tomber entre leurs pattes ? Ça ne marche donc plus avec le petit caporal ? Il n’a pas pu prendre cette ville où nous sommes depuis deux mois ?

Jean mit son ami au courant de tout ce qui s’était passé en Égypte depuis la bataille d’Aboukir, et lui raconta comment lui-même avait sauté en allu-