Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Soudain, un grondement de tonnerre ébranla la tour, un jet de flamme jaillit par l’ouverture, l’énorme masse oscilla sur sa base et une large crevasse s’ouvrit sur la paroi qui regardait la ville.

Jean recommanda son âme à Dieu, jeta au vent du soir le nom de Lisette, et, serrant son adversaire avec force, comme si un instinct secret lui eut suggéré de s’en faire un plastron, il se sentit soulevé, emporté dans l’espace.